763 Views |  1

Objectif RUN IN Lyon

Bien le bonjour par ici!!!

Dans la rubrique « Et si on parlait de… »,  je vous propose un article sportif, bien que je sois loin d’être une grande sportive!!  Je ne sais toujours pas pourquoi cette idée est venue prendre racine dans ma tête, mais j’ai dû me lever un matin en me disant « Tiens je m’ennuie un peu, et si je participais au Run In Lyon alors que je ne cours jamais… »

Non la vérité est que l’an dernier je m’étais inscrite et que je ne me suis pas du tout entrainée avant donc j’avais revendu mon dossard. Et je ne pensais pas me réinscrire cette année. Mais Ô joie! Une fédération de textile avec laquelle nous travaillons à l’Itech,(Unitex)  nous offre 20 places!! Mais quel bonne idée ma collègue Vanessa à eu de m’inscrire!!! (sourire jaune)

« Bon Yass tu as deux mois  pour t’entrainer!! » Oh merci Vaness…

Soit quelqu’un est derrière ce complot qui à tout organisé, soit le hasard à bien fait les choses en me permettant de rencontrer une coach sportive lors d’un rendez vous au Crcm à lyon sud. Pour remettre un peu le contexte, il y a des générations de muco, à qui l’on disait de ne pas faire de sport, pour ne pas faire trop d’effort, risque d’essoufflement et tout ce qui va avec. Et puis les chercheurs se sont bien rendues compte qu’il fallait en faire et que cela avait une importance dans le quotidien du patient et que le sport venait compléter les effets des traitements.

Moi je fais partie de la génération où l’on m’interdisait d’aller à la piscine avec l’école mais on ne m’interdisait pas de faire les autres activités sportives que l’on fait en primaire et au collège. Même si j’avais une petite dérogation pour en faire moins que les autres. (j’avoue j’en ai un peu profité!) Et depuis quelques années, les médecins nous rappelle l’importance de bouger et d’avoir une activité physique régulière pour le maintien et la stabilité de la maladie. ( même quand on est pas malade c’est important hein! )

Et comme de par hasard!!!! En juillet, lors de mon contrôle technique habituelle, je rencontre Margaux, coach sportive en lien avec l’association Etoile des neiges. Elle vient voir tous les patients pour faire le point sur ce qu’il font déjà ou ce qu’il pourrai faire. Donc je lui explique que je fais régulièrement des exercices en salle de sport, un peu de cardio, un peu d’étirement et si les horaires le permettent, un peu de yoga ou de body balance. Et puis du coup je me dis qu’il faut que je lui parle de ma course…

L’association Etoiles des neiges soutien mon projet en m’offrant 3 mois de coaching, à raison d’une séance par semaine avec Margaux. Le top!!! Pas d’excuse pour ne pas participer au Run In Lyon.

Première séance : On fait le point sur mes aptitudes et ma résistance à l’effort. Bon elle avait sous estimé mes capacités, c’est pas bon pour moi parce qu’elle va en vouloir plus!! ahah! Elle me donne un circuit training à réaliser en salle ou chez moi.

Deuxième séance : On part faire un peu de marche rapide et on rajoute tout doucement un peu de course en fractionné. Ouh! la coquine elle me teste! Elle voit bien que je peux en faire plus et moi même je suis surprise de ne pas être trop essoufflée et de ne pas avoir les jambes coupées par l’effort.

Troisième séance : Sms de Margaux « Rdv au départ du parcours de ta course » Oh non!!! déjà ? Bon très bien, en plus le temps est parfait pour courir, pas d’excuse!! Et le fractionné était bien plus costaud. L’idée était d’alterner la course et la marche rapide un peu sous forme de pyramide. c’est a dire 2 minutes course, 2 minutes marche, 3 minutes course, 2 minutes marche, 4 minutes course, 2 min marche, 5 min course, 2min marche, ( C’est bon, je ne vous ai pas perdu ? ) et on redescend jusqu’à finir en marche « confort ». Cette séance à vraiment été difficile mais je pense parfaite pour me mettre en jambe et favoriser mon endurance. De toutes les séances c’est celle qui m’a été la plus difficile parce que je ne cours jamais et que 5 minutes ça m’a paru être une éternité. Le plus difficile aussi est de garder son rythme à chaque fois que l’on se remet à courir. On a tendance à vouloir accélérer parce qu’une fois que les jambes sont chaudes on va plus vite, mais dans mon cas je me fatiguais aussi plus vite. Et la respiration est hyper importante et c’est aussi un rythme d’expiration qu’il faut garder tout du long, une fois que l’on trouve sa façon d’expirer.

Les trois séances qui suivirent, Margaux me laissait libre de courir quand je le sentais et de marcher quand je ne me sentais plus! Je me suis surprise (Margaux aussi était surprise) de voir que j’arrivais petit à petit à courir plus longtemps et que je marchais quand il y avait des faux plats. Avec l’application Runtastic, j’ai pu comparer mes séances et le mieux que j’ai pu faire était 8 km en 1h20 avec un rythme moyen de 6km/h en courant sur 4-5 km et le reste en marchant. On était super contente de cette performance et je m’étais dit que même si je fini la course en marchant ce n’était pas grave du tout, le principal était de participer et de les finir ces 10 km ( Bordel)!!

J’ai mis toutes les chances de mon coté:  cure d’antibiotique les 15 jours avant le jour J (en intraveineuse) , séance de kiné la veille de la course (merci Didier de m’avoir rajouter au planning de votre week-end de garde!), beaucoup d’eau, de thé,(bon peut-être même un peu de vin blanc… ) Bref j’étais prête, enfin dans ma tête j’étais prête à marcher surtout!!

Et quand je vous dis que la pensée positive à du bon, j’en ai la preuve. Quelques semaines avant la course, Florence, une autre de mes collègues inscrite, me propose que son fils, très sportif, fasse la course à mes cotés pour me coacher et me tenir la bouteille d’eau et la ventoline!! AHAHA! Trop sympa Nicolas!

Pchit!! Ventoline, Trois, deux, un…Partez!!!

30 000 runners, 800 bénévoles, une météo parfaite. Une pression et une excitation de franchir la ligne d’arrivée! ( En bonne état de préférence! )


Résumé de la course :  1h19min20sec , Rythme moyen de 7km/h j’ai couru tout du long, marche rapide seulement sur certains faux plats.

Etat psychologique pendant la course : Dans ma bulle avec Nico et ma gourde d’eau.

Niveau jambes et souffle pendant la course : Je ne les sens plus et ma façon d’expirer est tellement chelou que j’ai trop de salives pour parler (aaah)

Etat psychologique après la course : J’a très envie de chialer mais je ne le ferai… Oh mon Léon est sur les épaules de papa à mon arrivée… c’est bon je pleure.

Niveau jambes et souffle après la course : Les jambes s’aperçoient que c’est la fin des dix kilomètres et hop! Flop, flop, flamby! Le souffle? Honnêtement ?JE ME SENS SUPER BIEN, vivante, et aucune douleur thoracique. L’émotion est énorme et la fierté d’y être arrivée est encore plus forte. Et bim la muco, dans ta face!!

Petit spray de Ventoline après l’effort et un gros câlin auprès de ma famille et mes amis qui croyaient en moi, bien plus que moi!!

Et pour couronner cette superbe journée, j’ai gagné un prix!! Oui, oui!! Alors non pas le prix du meilleur temps (pour l’année prochaine ça! ) Mais le meilleur selfie posté sur Instagram avec le hashtag #couronspourftt ( France Terre Textile ) Et d’ailleurs nous pouvons être fière de notre « Team Itech » car les meilleurs chronos Etudiante et Etudiant sont des élèves de l’Itech! Bravo à eux!



J’ai juste envie de vous dire qu’il faut aller au bout de vos envies, de vos objectifs, qu’ils soient audacieux, bizarres ou insolites! Faites vous plaisir et faites vous confiance. Le mental joue énormément c’est vraiment ce qui m’a le plus impressionné pendant cette course. C’est de voir à quel point notre cerveau peut se conditionner et mettre notre corps dans un état qui n’est pas habituel.

Merci Margaux de m’avoir montré que je pouvais pousser ma zone de confort. Le problème c’est que maintenant tu sais de quoi je suis capable alors j’ai peur pour nos prochaines séances!!

Merci Vaness de m’avoir inscrite avant que je dise oui.. ou non!!

Merci Flo d’avoir obligé ton fils à me supporter pendant cette course!

Rendez vous l’an prochain avec un objectif chrono!!

Des bisous